La Passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

La Passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune - Christelle Dabos

Si Les fiancés de l’hiver présente l’univers de la saga, Les disparus du Clairdelune est quant à lui totalement différent. L’intrigue emporte le lecteur au milieu des complots et des faux-semblants. Avec ses nombreux retournements de situation le tome 2 de La Passe-miroir a dépassé toutes mes attentes !

Auteur : Christelle Dabos

Genre : fantasy

Roman jeunesse

Résumé

Ophélie et sa tante sont avec Berenilde à la Citacielle. Bien que sous la protection de Farouk, l’esprit de famille du Pôle, leur vie se transforme finalement en survie. Ophélie n’a d’autre choix que d’accepter les fonctions dangereuses que lui attribue Farouk malgré les menaces anonymes qu’elle reçoit. En dépit des complots et des disparitions de plus en plus inquiétantes à la Cour nos personnages principaux luttent pour s’en sortir et trouver des réponses. Pourquoi tant d’illusions ? Qui est à l’origine des menaces dirigées contre Ophélie ? Quel est le rapport mystérieux qui lie Dieu et les esprits de famille ?

Avis

Dans cette suite notre héroïne se rend compte qu’il n’est pas uniquement question de son mariage et se retrouve à enquêter au péril de sa vie. Ophélie s’affirme et ne se laisse pas faire malgré le danger, et Thorn, fidèle à lui-même, est toujours aussi froid et énigmatique. Le lecteur devine qu’il s’est forgé une carapace, mais pour quelle raison ?

Nous découvrons de nouveaux personnages très attachants mais nous avons également accès à de nouvelles connaissances concernant des personnages que nous connaissons depuis le tome 1. L’auteure a également introduit des petits chapitres entièrement dédiés au passé des esprits de famille. J’ai eu l’impression qu’ils étaient tels des miettes d’informations que je ramassais au fil d’un chemin, espérant trouver l’explication au bout.

Je suis impressionnée par le talent de Christelle Dabos. La qualité est à nouveau au rendez-vous. À chaque nouvel élément de réponse qui nous est dévoilé deux ou trois nouvelles questions se posent. L’intrigue est excellente, et nous tient en haleine jusqu’à la fin. Tout est très bien mené, tant le début du roman que la seconde partie dans laquelle s’enchaînent les rebondissements. Le suspense est au rendez-vous à la fin du tome. Je m’estime chanceuse d’avoir lu cette saga avec beaucoup de retard car j’aurais eu du mal à attendre la sortie du tome 3 pendant de longs mois. Les disparus du Clairdelune est, pour l’instant, le tome que je préfère.

En bref

Totalement addictif.

Les + : Riche en rebondissements.

Divers

Publication : 2015

Grand Prix de l’Imaginaire 2016

Extrait des Disparus du Clairdelune

Ophélie se tira du lit et enfonça une main dans son reflet. Elle s’étonna de ne pas sentir l’étoffe des manteaux dans la penderie de l’intendance. Cela signifiait que Thorn avait laissé la porte de son armoire ouverte et qu’il attendait toujours sa visite, malgré l’heure tardive de la nuit. Après une hésitation, elle attrapa ses lunettes qui marchaient en crabe sur le lit, puis enfila sa robe de chambre et ses bottines.

Quand Ophélie passa du miroir de sa chambre à celui de la penderie, la différence de température fut telle qu’elle en eut le souffle coupé. C’était comme quitter l’été pour pénétrer au plus dur de l’hiver.

[…]

Un vent glacial s’engouffrait à l’intérieur avec la force d’un torrent ; s’il avait le mérite d’être vrai, à la différence des brises de cour qu’elle respirait à longueur de journée, il emportait la paperasse dans d’incontrôlables tourbillons blancs. Ophélie posa les pieds sur le sol, de façon à ne pas froisser toute cette administration, en se demandant où était Thorn et pourquoi il avait ouvert la fenêtre.

Ce fut en s’approchant de l’œil-de-bœuf et en entendant du verre crisser sous ses souliers qu’Ophélie comprit que la fenêtre n’était pas ouverte : quelqu’un l’avait brisée. Cette surprise-là ne fut rien en comparaison de l’étonnement qui la saisit quand elle trouva enfin Thorn, au milieu de la tempête de papiers.

Il pointait son pistolet sur elle.

Les disparus du Clairdelune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *