La Décrue

Après tant de mésaventures est-il bien raisonnable d’espérer que notre groupe trouve l’ancienne cité de Kelsingra ? Sa progression continue lentement mais un dénouement dans les toutes dernières pages du roman donnera envie à certains de se jeter sur le tome 5.


Auteur : Robin Hobb

Genre : fantasy

Dès 16 ans

Résumé

L’expédition se poursuit tant bien que mal après la catastrophe survenue lors de son périple. Les dragons font toujours face à des difficultés dues à leurs malformations mais continuent de grandir. Le groupe d’humains, quant à lui, tente de se reformer : malgré les pertes humaines et matérielles, de nouvelles alliances vont se créer et des amitiés tout à fait inattendues voient le jour. Si certains rapprochements s’intensifient, les relations n’évoluent pas toutes dans le même sens.

Avis

Nous arrivons déjà à la moitié de la série ! La Décrue est le tome 4 de la série des Cités des Anciens et s’inscrit complètement dans la lignée du tome 3. Logique me direz-vous, puisque les tomes 3 et 4 constituent en fait un seul et même volume dans la version originale (les éditions françaises ou l’art de diviser les sagas comme bon leur semble ?)… C’est en effet à mon sens une continuité du tome 3 car entre les chasseurs, les dragons mais également l’équipage du Mataf il existe toujours des tensions et l’avancée de leur voyage reste pénible. Il n’y a pas de changements majeurs mais pour les plus impatients, pas d’inquiétude, l’aventure prend tout de même un nouveau tournant à la fin du tome.

En bref

Riche en émotions.

Les + : Une petite surprise à la fin du tome.

Les – : Rythme lent.

Divers

Titre original : Dragon Haven (deuxième partie)

Publication : 2011

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Arnaud Mousnier-Lompré

 

Extrait de La Décrue :

« Quand il reprit la parole, il paraissait un peu plus calme. “D’accord, il se peut qu’on trouve Kelsingra et qu’on y établisse une colonie, mais cela ne se passera pas comme il l’imagine. D’abord, les gardiens ne sont pas assez nombreux, et il n’y a pas assez de femmes parmi eux ; il a à peine de quoi créer un village, alors une ville… Et les habitants du désert des Pluies, comme vous le savez sûrement, ne se reproduisent pas facilement ; les enfants qui naissent ne vivent parfois pas au-delà de leur première année, et leurs parents sont des vieillards à quarante ans.” Il gratta les écailles qui surmontaient sa barbe. “Du coup, même si une découverte extraordinaire persuade toute une foule de volontaires d’embarquer pour s’installer, les nouveaux colons seront sans doute plus nombreux que les anciens, et ils auront leur mot à dire sur la façon dont les choses fonctionnent. […] Et, si on trouve Kelsingra et qu’on y découvre un trésor, les Marchands qui barguigneront pour ces objets le sauront mieux que personne ; des hommes viendront qui auront l’habitude d’extraire jusqu’à la dernière pièce d’argent d’un marché. Notre bon roi Graffe devra s’asseoir à leur table et se plier à leurs règles.” »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *