Des fleurs pour Algernon

J’avais à plusieurs reprises posé les yeux sur ce petit livre : Des fleurs pour Algernon. Bien qu’attirée par cette petite souris blanche qui apparaît souvent sur les premières de couverture, je ne m’étais jamais intéressée à ce roman. Jusqu’à ce jour tranquille du mois de juillet 2016. Je flânais dans les rayons de la librairie et tombai nez à nez avec ce roman. Encore. Ces dernières années je le voyais régulièrement, installé en évidence sur les étagères des librairies. Bref, je ne l’avais toujours pas lu et c’était l’occasion !

 

Auteur : Daniel Keyes

Genre : science-fiction

Roman pour adultes

 

C’est la première œuvre de Daniel Keyes que j’ai lue et j’ai été ravie. Par contre, la surprise a été au rendez-vous dès la première page. Je ne m’attendais pas du tout à ce type de narration. Autant dire que le lecteur est immergé immédiatement dans les « ressentis » du personnage. Au bout de quelques pages j’étais devenue accro. J’avais du mal à fermer le livre pour réaliser quoi que ce soit d’autre (oui, même pour aller manger). Je l’ai dévoré en trois jours.

Résumé

Le Docteur Strauss et le Professeur Nemur travaillent ensemble. Ils viennent de mettre au point un traitement qui permet de décupler l’intelligence d’une souris. C’est la première fois que le traitement est aussi efficace. Et surtout, il dure. Tout se déroule pour le mieux. Ils décident alors de l’appliquer à un être humain attardé. Charlie Gordon leur est présenté par Alice Kinnian, psychologue et professeur de ce dernier. C’est le candidat idéal. L’opération est un succès et Charlie accède à un monde complètement différent de ce qu’il a toujours connu. Il découvre ce qui l’entoure, ce qui l’entourait, comme s’il ouvrait progressivement les yeux pour la première fois. Un jour, alors que Charlie est en pleine ascension intellectuelle, la petite souris qui a subi la même opération que lui commence à perdre ses facultés.

Avis

L’évolution psychologique du personnage a été extrêmement bien travaillée. De la première à la dernière page on imagine aisément ce que peut ressentir Charlie. On comprend également de quelle manière il perçoit le monde qui l’entoure, notamment avant son opération, et par moments cela est bouleversant. J’ai beaucoup aimé le fait d’être témoin « en temps réel » des changements qui s’opèrent en lui. Je me réjouis de savoir que l’auteur n’a jamais cédé aux demandes de modifier fondamentalement son manuscrit original.

En bref

Une belle histoire et un personnage terriblement attachant.

Les + : Une histoire émouvante qui m’a fait découvrir un écrivain que j’aime bien.

Les – : J’en veux encore mais c’est fini.

Divers

Titre original : Flowers for Algernon

Publication : 1966 (en France 1972)

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Georges H. Gallet

 

Prix Nebula du meilleur roman 1966

 

Extrait d’Algernon, Charlie et moi : Trajectoire d’un écrivain :

« “Comment a-t-il fait ?  ai-je imploré les Muses. Comment a-t-il fait… ?” Et le visage rond et bienveillant de Daniel Keyes m’a répondu ces paroles immortelles : “Écoute, quand tu sauras comment j’ai fait, dis-le-moi, je t’en prie. J’aimerais le refaire.” »

Isaac Asimov.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *